La FCCF amorce le développement d’une stratégie sur le numérique pour le secteur artistique et culturel en francophonie canadienne et acadienne

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) annonce le développement de la toute première stratégie sur le numérique pour le secteur artistique et culturel en francophonie canadienne et acadienne.

Réunis en forum la semaine passée, la FCCF et ses membres ont amorcé officiellement le développement de la stratégie et de son plan d’action dans le cadre d’une première rencontre de consultation. Lors de cette Journée numérique, Monique Simard, femme politique et ancienne membre du Groupe d’experts du Rapport Yale en radiodiffusion, a alimenté les échanges en présentant une conférence sur les grands enjeux du numérique pour la francophonie canadienne.

Codéveloppée par la FCCF et ses membres et financée par Patrimoine canadien, la création de la stratégie sur le numérique s’inscrit dans la phase 2 du projet La bande numérique, et s’échelonnera sur trois ans, soit de 2024 à 2027.

« Les organismes artistiques et culturels en francophonie canadienne et acadienne servent une population disséminée sur un vaste territoire. Ils ont besoin d’une stratégie forte sur le numérique pour mieux rejoindre leurs publics, élargir la portée des services et améliorer la visibilité des œuvres et des contenus culturels et artistiques. Il est essentiel que nos contenus francophones soient connus, recherchés, vus et écoutés, car ils soutiennent la vitalité et le rayonnement de nos communautés », souligne Nancy Juneau, présidente de la FCCF.

Un processus structurant et clairement balisé

La stratégie sur le numérique offrira une vision collective, collaborative et complémentaire des actions nécessaires à la transformation numérique des organismes artistiques et culturels en francophonie canadienne et acadienne, et du secteur dans son ensemble. Elle proposera des objectifs clairement définis, assortis d’outils de mesure tangibles, et s’accompagnera d’un cadre d’évaluation pour assurer la pérennisation des actions numériques à l’échelle pancanadienne.

« La stratégie mobilisera les organismes pour développer une vision et des objectifs communs face aux enjeux du numérique, se réjouit Marie-Renée Duguay, gestionnaire du projet. Avec La bande numérique, la FCCF offre déjà de l’accompagnement à la transformation numérique. Elle souhaite aller encore plus loin, agir en concertation avec ses membres et mettre en œuvre des actions concrètes pour permettre au secteur de prendre pleinement sa place dans l’univers numérique, tout en assurant la pérennité de ses actions et de son financement. »

La bande numérique

Lancée en mars 2022, La bande numérique est un parcours d’accompagnement en développement numérique piloté par la Fédération culturelle canadienne-française et financé par Patrimoine canadien. Sa mission est d’accompagner, de former et d’outiller gratuitement les organismes sans but lucratif artistiques et culturels œuvrant dans les communautés francophones en situation minoritaire afin qu’ils s’approprient les outils et les savoirs pour prendre pleinement leur place dans l’écosystème numérique. Grâce à Patrimoine canadien, La bande numérique travaille aussi au développement de la stratégie sur le numérique pour le secteur artistique et culturel en francophonie canadienne et acadienne. Facebook | Communauté de pratique

La Fédération culturelle canadienne-française

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) est l’unique voix politique des arts et de la culture de la francophonie canadienne et acadienne. Référence incontournable sur les plans politique et communautaire, elle positionne depuis plus de 40 ans le secteur des arts et de la culture comme moteur essentiel de vitalité et d’épanouissement de nos communautés. La Fédération regroupe 22 membres, chefs de file à travers le Canada : 13 organismes provinciaux et territoriaux, 7 organismes nationaux représentant les arts médiatiques, les arts visuels, la chanson et la musique, l’édition et le théâtre, un regroupement de diffuseurs des arts de la scène et une alliance de radios communautaires. Facebook | X | LinkedIn

– 30 –

Entrevues

Nancy Juneau, présidente de la Fédération culturelle canadienne-française, sont disponibles pour entrevue.

Source

Josiane Roulez
Directrice des communications
communications@fccf.ca

Loi sur la radiodiffusion : la FCCF est déçue du manque de précision du décret donnant des instructions au CRTC

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) exprime son inquiétude persistante à la lecture des instructions au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), nommément le Cadre réglementaire durable et équitable en matière de radiodiffusion.

La formulation trop large des obligations du CRTC envers les communautés francophones en situation minoritaire, sachant que le français est en déclin au pays, est insuffisante. Pour être cohérentes avec les obligations renforcées de la Loi sur les langues officielles modernisée, les instructions devaient faire ressortir le rôle incontournable du CRTC pour la promotion et la protection du français. Force est de constater que ce n’est pas le cas.

La FCCF a participé assidûment aux travaux parlementaires ayant mené à l’adoption de la Loi sur la radiodiffusion et de la Loi sur les langues officielles modernisées. Ces deux lois exigent désormais des mesures concrètes et favorables au développement durable de nos communautés. Dans son mémoire en réponse au projet de décret, la FCCF demandait donc des énoncés beaucoup plus précis pour favoriser une approche systématique et obtenir les effets recherchés pour le secteur artistique et culturel francophone en contexte minoritaire.

Il est clair que les nouvelles dispositions de la Loi sur la radiodiffusion et de la Loi sur les langues officielles exigent déjà que le CRTC agisse en priorité et en tout temps pour assurer l’épanouissement culturel des communautés francophones en situation minoritaire. Cette priorité est indélogeable, quelle que soit la portée des instructions au CRTC. Alors que le CRTC s’apprête à faire face à des intérêts contradictoires, les communautés francophones en contexte minoritaire s’attendaient à ce que le gouvernement lui rappelle ses obligations à leur égard.

« Étant donné le contexte minoritaire du français et la dominance de l’anglais sur le continent nord-américain, les francophones ont historiquement été et sont toujours désavantagés dans la création et dans l’accès au contenu culturel pertinent pour eux. Les instructions publiées hier, malheureusement, ne prennent pas acte explicitement de cette situation inéquitable, et nous devrons demeurer d’autant plus vigilants pour la suite », soutient Nancy Juneau, présidente de la FCCF.

La Fédération culturelle canadienne-française

La FCCF est l’unique voix politique des arts et de la culture de la francophonie canadienne et acadienne. Référence incontournable sur les plans politique et communautaire, elle positionne depuis plus de 40 ans le secteur des arts et de la culture comme moteur essentiel de vitalité et d’épanouissement de nos communautés. La Fédération regroupe 22 membres, chefs de file à travers le Canada : 13 organismes provinciaux et territoriaux, 7 organismes nationaux représentant les arts médiatiques, les arts visuels, la chanson et la musique, l’édition et le théâtre, un regroupement de diffuseurs des arts de la scène et une alliance de radios communautaires

– 30 –

Source :

Josiane Roulez
Directrice des communications
communications@fccf.ca

Adoption du projet de loi C-13 : un pas de géant qui consacre le rôle fondamental du secteur culturel

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) et son réseau pancanadien se joignent à l’ensemble des communautés de langues officielles au pays pour saluer l’adoption sans amendement par le Sénat canadien du projet de loi C-13, survenue hier soir. Cette modernisation historique de la Loi sur les langues officielles (LLO) comporte des gains législatifs substantiels, dont la reconnaissance très attendue du caractère essentiel du secteur culturel dans sa partie VII. Il s’agit d’une grande victoire pour nos organismes, nos artistes ainsi que nos travailleuses et travailleurs culturels.

« Nous applaudissons l’adoption de la nouvelle loi C-13. Elle découle des efforts de tous les réseaux de la francophonie, dont ceux de la FCCF et de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, dont nous saluons le leadership et la détermination », a déclaré Nancy Juneau, présidente de la FCCF. « Cette réussite collective démontre la force et la solidarité du milieu francophone canadien, que nous sommes parvenus à mobiliser afin que le lien indissociable entre la langue et la culture soit reconnu à sa juste valeur. »

La FCCF et ses membres ont participé de façon remarquée aux deux processus nationaux de consultation liés à la modernisation de la LLO. La FCCF a également comparu à deux reprises devant le Comité sénatorial permanent des langues officielles, en 2021 et en 2022.

La persévérance et le travail passionné du réseau de la FCCF portent aujourd’hui leurs fruits : la nouvelle Loi sur les langues officielles souligne noir sur blanc l’importance du secteur artistique et culturel pour assurer la vitalité des communautés francophones en situation minoritaire.

Aux premières lignes de la mise en œuvre effective de la LLO modernisée 

La LLO modernisée, qui recevra bientôt la sanction royale, renforce certains principes d’une valeur inestimable, notamment la nécessité, pour les institutions fédérales, de mettre en œuvre des mesures positives et concrètes précisément destinées à soutenir et à favoriser le développement artistique et culturel de nos milieux.

« L’Entente de collaboration pour le développement des arts et de la culture des communautés francophones en situation minoritaire, que co-préside la FCCF avec Patrimoine canadien depuis 25 ans déjà, est elle-même une mesure positive concrète qui sera renforcée par la nouvelle loi modernisée », se réjouit Marie-Christine Morin, directrice générale de la Fédération. « Nous sommes impatients d’approfondir ce travail par des actions directes qui soutiennent l’art et la culture dans notre écosystème. »

Rappelons que cette entente de collaboration rallie les institutions fédérales en arts et culture à sa cause, soit le Conseil des arts du Canada (CAC), le Centre national des Arts (CNA), la Société Radio-Canada (SRC), l’Office national du film (ONF) et Téléfilm Canada. Ensemble, ces institutions s’engagent à appuyer le développement et le rayonnement du secteur culturel francophone, afin d’assurer son plein accès aux programmes de financement du gouvernement.

La nouvelle mouture de la LLO, tout comme celle de l’Entente de collaboration qui y est reliée, permettra de rehausser et de dynamiser la coopération entre la FCCF et les institutions fédérales pour propulser l’innovation et le développement au sein d’un secteur consacré comme essentiel à la pérennité du français au pays.

La Fédération culturelle canadienne-française

La FCCF est l’unique porte-parole national de l’écosystème artistique et culturel en contexte francophone minoritaire. Pour élever la voix du secteur jusqu’aux plus hautes sphères au pays, elle s’appuie sur un réseau dynamique de 22 membres provinciaux, territoriaux et nationaux engagés et diversifiés qui fournissent des services culturels essentiels sur le terrain de la francophonie en milieu minoritaire au Canada.

– 30 –

Source:

Josiane Roulez
Directrice des communications
communications@fccf.ca

La FCCF invite le secteur artistique et culturel à exploiter son nouveau laboratoire d’innovation et de collaboration

À l’occasion de sa 46e assemblée générale annuelle, le 6 juin 2023, la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) a convié le secteur artistique et culturel francophone pancanadien à exploiter les multiples possibilités de son laboratoire d’innovation et de collaboration.

La mise en place de cinq projets phares, dans les dernières années, lui permet désormais d’offrir une vaste gamme de services d’accompagnement, de formations et d’outils pour soutenir le développement des organismes artistiques et culturels, tout en renforçant les liens entre les francophonies du Canada, de l’Acadie, du Québec, et même au-delà.

« En 2022-2023, nous avons récolté le fruit de nos efforts pour mieux répondre aux besoins de nos membres, des organismes, des artistes et des travailleuses et travailleurs culturels. Aujourd’hui, nous sommes en mesure d’augmenter concrètement leurs capacités et leur résilience, et avec elles la vitalité de nos communautés francophones en situation minoritaire », se réjouit la présidente de la FCCF, Nancy Juneau.

Le laboratoire : cinq projets novateurs et rassembleurs

Les cinq grands projets structurants de la FCCF ont connu un succès retentissant en 2022-2023. Ils représentent un véritable laboratoire qui convie le secteur des arts et de la culture francophone au Canada à créer, à s’inspirer, à s’informer et à partager des ressources.

  • Pour sa 4eannée, PassepART a porté des activités culturelles et artistiques dans la totalité des 750 écoles franco-canadiennes et acadiennes.
  • L’accélérateur TADA a renforcé et multiplié les collaborations entre les secteurs des arts et de la culture des francophonies canadienne, acadienne et québécoise, instaurant aussi les rendez-vous Complètement TADA.
  • La ruchée a lancé sa phase 2 et plusieurs projets pilotes pour continuer de soutenir les enseignantes et enseignants en arts.
  • Le hub des solutions a inauguré une nouvelle plateforme dédiée aux membres de la FCCF pour partager efficacement expertises, outils, ressources, services et informations.
  • La bande numérique a créé une équipe et un parcours d’accompagnement pour soutenir les organismes culturels et artistiques dans leur transformation numérique.

Toutes ces initiatives se poursuivent en 2023-2024, et seront bonifiées pour répondre de plus en plus efficacement aux besoins de l’écosystème artistique et culturel francophone.

La récolte des fruits de notre action politique

Parallèlement, la FCCF, unique porte-voix national des arts et de la culture de la francophonie canadienne et acadienne, a fait front commun avec une multitude de partenaires, poursuivi ses actions politiques et enregistré d’importants progrès.

La Loi sur les langues officielles modernisée (C-13) reconnaît désormais les arts et la culture en tant que secteur essentiel. La nouvelle Loi sur la diffusion continue en ligne (C-11), quant à elle, oblige le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) à mieux consulter les communautés francophones en situation minoritaire avant de prendre des décisions qui ont un impact sur leur capacité à se voir, à s’entendre et à se raconter en français.

De plus, la FCCF a déposé deux mémoires remarqués en amont du budget fédéral 2023 et du Plan d’action pour les langues officielles 2023-2028, afin de positionner les besoins de son écosystème pour qu’il obtienne les ressources nécessaires à son développement.

Elle a par ailleurs resserré ses liens avec le Secrétariat du Québec aux relations canadiennes et avec l’international, par son accréditation à la Conférence des organisations internationales non gouvernementales de la Francophonie.

« Toutes ces victoires sont le résultat du travail rigoureux et de la solidarité de nos membres, de nos partenaires, de notre équipe et de notre conseil d’administration. Notre concertation et notre mobilisation, plus fortes que jamais, sont la clef de notre réussite », souligne Nancy Juneau, présidente de la FCCF.

Pour en savoir plus, consultez notre vidéo et notre rapport annuel 2022-2023.

La Fédération culturelle canadienne-française

La FCCF est l’unique porte-parole national de l’écosystème artistique et culturel en contexte francophone minoritaire. Pour élever la voix du secteur jusqu’aux plus hautes sphères au pays, elle s’appuie sur un réseau dynamique de 22 membres provinciaux, territoriaux et nationaux engagés et diversifiés qui fournissent des services culturels essentiels en francophonie canadienne et acadienne.

– 30 –

Source:

Josiane Roulez
Direction des communications
communications@fccf.ca

Projet de loi C-11 : une victoire pour la protection de l’identité et de la souveraineté culturelles

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) et ses membres applaudissent la sanction royale du projet de loi C-11, confirmée hier. Cette refonte cruciale de la Loi sur la radiodiffusion, attendue depuis plus de 30 ans, aura des retombées hautement bénéfiques sur le secteur artistique et culturel dans les communautés francophones en situation minoritaire, et favorisera la protection de l’identité et de la souveraineté culturelles.

La FCCF salue la détermination du ministre Rodriguez et de son équipe, ainsi que la vision et le travail assidu des parlementaires, en particulier ceux du Sénat du Canada, qui ont contribué à l’aboutissement de ce projet de loi historique.

La nouvelle Loi sur la diffusion continue en ligne réglementera les plateformes numériques comme Netflix, Spotify et YouTube, et les contraindra à financer et à promouvoir du contenu canadien dans les deux langues officielles ainsi qu’en langues autochtones. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) acquiert aussi de nouveaux pouvoirs exécutifs. De plus, la loi a renforcé l’obligation et clarifié la manière, pour le CRTC, de consulter les communautés linguistiques minoritaires avant de prendre des décisions qui peuvent influer sur leurs activités.

En tant que partie prenante dans le processus d’examen du projet de loi C-11 et de son prédécesseur C-10, la FCCF est fière d’avoir agi comme porte-parole des perspectives et des besoins des communautés francophones et acadienne en matière de radiodiffusion auprès du Comité du patrimoine canadien.

Elle constate avec satisfaction que la Loi sur la diffusion continue en ligne répond à ses demandes de :

  • prendre en considération la situation particulière des communautés de langue officielle en situation minoritaire et les défis et enjeux propres au contexte linguistique minoritaire francophone;
  • préciser la mission du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes pour tenir compte des besoins et des réalités spécifiques aux communautés de langue officielle en situation minoritaire;
  • renforcer les objectifs concernant le contenu original en langue française pour prendre en compte la situation particulière du français au pays.

Dans ce travail de longue haleine, la FCCF a pu compter sur la force de son réseau de membres, dont l’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC), sur la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada et la Coalition pour la diversité des expressions culturelles (CDEC), desquelles elle est membre, et sur ses partenaires du côté anglo-québécois, avec l’apport du Quebec English-language Production Council (QEPC).

Après la sanction royale, il est prévu que le gouvernement publie un décret qui fournira au CRTC les instructions précises pour opérationnaliser la Loi sur la diffusion continue en ligne. La FCCF interviendra sur le contenu de ce décret pour s’assurer de la mise en application adéquate des éléments de la loi qui concernent les communautés francophones en situation minoritaire, afin d’en recueillir les effets bénéfiques escomptés.

La Fédération culturelle canadienne-française

Depuis plus de 40 ans, la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) défend et valorise la place des arts et de la culture dans l’espace francophone canadien. Elle est l’unique voix politique des arts et de la culture de la francophonie canadienne et acadienne au pays. Basée à Ottawa, la Fédération compte 22 membres investis à travers le Canada : 13 organismes provinciaux et territoriaux, 7 organismes nationaux représentant les arts médiatiques, les arts visuels, la chanson et la musique, l’édition et le théâtre, un regroupement pancanadien de diffuseurs des arts de la scène et une alliance de radios communautaires.

– 30 –

Entrevues :

Nancy Juneau, présidente de la FCCF, et Marie-Christine Morin, directrice générale, sont disponibles pour des entrevues.

Relations de presse:

Josiane Roulez
Direction des communications
communications@fccf.ca

PALO 2023-2028 : la FCCF salue de belles perspectives de développement pour les arts et la culture

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) salue les nouveaux investissements dévoilés aujourd’hui dans le cadre du Plan d’action pour les langues officielles (PALO) 2023-2028, qui totalisent 1,4 milliard de dollars. Ce Plan d’action ouvre d’intéressantes possibilités pour la francophonie canadienne et acadienne et son secteur des arts et de la culture.

Cependant, pour pouvoir saisir ces occasions, les organismes culturels et artistiques francophones ont besoin de fonds de base conséquents, et la FCCF s’inquiète d’un possible manque à gagner à cet égard. Le besoin d’un financement adéquat est en effet criant dans l’écosystème des arts et de la culture fragilisé par la pandémie, et notamment pour les organismes qui ne bénéficient pas encore de fonds de base du gouvernement fédéral.

Le Plan d’action s’inscrit dans une volonté de protection, de promotion et de collaboration. Dans cette optique, la FCCF et ses membres se sont engagés, avec leurs partenaires des institutions fédérales en arts et culture et avec Patrimoine canadien, à renouveler leur Entente de collaboration. Rappelons que l’objet principal de cette entente, qui célèbre ses 25 ans cette année, est d’appuyer le développement du secteur des arts et de la culture dans les communautés francophones en situation minoritaire au Canada.

Des investissements substantiels en éducation

La FCCF se réjouit de la reconduction de son programme PassepART pour cinq ans et de la bonification de son financement à 5 M$, ainsi que de la reconduction de la stratégie pour le recrutement et la rétention des enseignants pour les cinq prochaines années. Ces fonds nous permettront :

  • de continuer à renforcer le cheminement identitaire dans nos milieux en offrant toujours davantage d’activités artistiques, culturelles et patrimoniales dans les écoles;
  • de poursuivre l’initiative La ruchée pour appuyer l’enseignement des arts et par les arts en français et pour pallier la pénurie de main-d’œuvre dans ce secteur.

Les recommandations de la FCCF portent fruit

En outre, la FCCF se réjouit d’avoir été entendue par le gouvernement fédéral et de pouvoir agir sur les points suivants :

  • l’aide à l’emploi dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire, par le biais des fonds accordés à Emploi et Développement social Canada;
  • la récolte de données probantes et fiables sur le secteur artistique et culturel, notamment par le soutien à la recherche et à Statistique Canada;
  • le soutien aux entrepreneurs en arts et en culture, grâce au financement des agences de développement économique régional et du ministère Innovation, Sciences et Développement économique Canada;
  • l’appui à l’éducation postsecondaire dans la langue de la minorité, qui pourrait permettre de pérenniser les programmes de formation en arts.

Des initiatives en appui aux membres de la FCCF

La FCCF souligne également quelques initiatives qui profiteront à ses membres :

  • L’élargissement de l’offre de Stages médias dans tous les domaines d’activités où existe une pénurie de main-d’œuvre, incluant les secteurs des arts et de la culture, et le renforcement des capacités des médias et radios communautaires.
  • La bonification du programme des Vitrines musicales grâce à la reconduction des investissements provenant du Fonds de la musique du Canada, qui soutient les artistes et entrepreneurs francophones de la musique en situation minoritaire.

Ouverts et engagés à travailler de concert avec la ministre Petitpas-Taylor et ses collègues des différents ministères partenaires du PALO, la FCCF et son réseau de membres se préparent avec enthousiasme à apporter leur vision aux multiples consultations visant à opérationnaliser le Plan d’action.

« Nous mobilisons nos forces pour activer tous les leviers que le Plan d’action pour les langues officielles peut offrir au secteur essentiel des arts et de la culture. À l’instar des industries des médias et de la musique, qui ont reçu du soutien, la FCCF vise à s’assurer que toutes les disciplines artistiques et toutes les régions au pays reçoivent un appui à leur développement », conclut Nancy Juneau, présidente de la FCCF.

La Fédération culturelle canadienne-française

Depuis plus de 40 ans, la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) défend et valorise la place des arts et de la culture dans l’espace francophone canadien. Elle est l’unique voix politique des arts et de la culture de la francophonie canadienne et acadienne au pays. Basée à Ottawa, la Fédération compte 22 membres investis à travers le Canada : 13 organismes provinciaux et territoriaux, 7 organismes nationaux représentant les arts médiatiques, les arts visuels, la chanson et la musique, l’édition et le théâtre, un regroupement pancanadien de diffuseurs des arts de la scène et une alliance de radios communautaires.

– 30 –

Entrevues :

Nancy Juneau, présidente de la FCCF, et Marie-Christine Morin, directrice générale, sont disponibles pour des entrevues.

Relations de presse:

Josiane Roulez
Direction des communications
josiane.roulez@fccf.ca

La FCCF célèbre la reconstitution virtuelle du Canada francophone culturel

Le Canada est le premier pays au monde à être recréé virtuellement

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) et ses partenaires célèbrent la reconstitution virtuelle du Canada francophone culturel. Après deux ans de construction, Aire Ouverte : espace virtuel de rassemblement inaugure ce 25 avril à 15 h (HAE) sa carte entière du Canada et de ses scènes culturelles francophones. Ce projet, imaginé à l’origine par Spectacles Bonzaï, est le fruit d’un partenariat entre la FCCF, Aire Ouverte et l’Alliance nationale de l’industrie musicale (ANIM).

Afin de célébrer les francophonies canadienne, acadienne et québécoise réunies virtuellement, des festivités numériques seront offertes gratuitement les 25, 26 et 27 avril prochains : visites guidées, spectacles en direct, diffusion de captation vidéo, conférences, diffusions de court-métrage, et bien plus encore. À cette occasion, la FCCF et ses membres offriront deux présentations le mercredi 26 avril, l’une à midi et l’autre à 14 h, pour entraîner les participant.e.s à la rencontre du milieu culturel et artistique de l’Ouest et de l’Est canadiens. Pour de plus amples informations : aireouverte.net/canadavirtuel.

Des lieux de collaboration pratiques et ludiques

Afin de favoriser la collaboration entre les associations et organismes culturels et artistiques à travers le pays, l’équipe d’Aire Ouverte a résolu de leur créer des bureaux virtuels et de reconstituer chacune des provinces canadiennes et ses lieux emblématiques. Le résultat de ce travail colossal et passionnant met aujourd’hui en valeur le secteur de la culture francophone canadienne et le travail de ceux et celles qui la défendent dans les communautés francophones en situation minoritaire.

« La pandémie est peut-être derrière nous, mais le télétravail s’est ancré dans nos habitudes et la distance physique entre les acteurs culturels peut être grande, surtout au Canada ! Avec Aire Ouverte, tout le monde est proche ! C’est motivant de voir que ce projet de culture numérique garde toute sa pertinence », souligne Sébastien Collin, directeur général chez Spectacles Bonzaï.

À son lancement, en mai 2021, la plateforme interactive en 2D représentait graphiquement le Québec et ses lieux-phares de la scène musicale. En créant des salles de spectacle et des bureaux virtuels, la carte d’Aire Ouverte s’est rapidement étendue à Toronto, puis à Moncton, pour finalement s’élargir à toutes les provinces et les territoires canadiens. Le 29 mars dernier, Aire Ouverte a inauguré la dernière province canadienne, soit la Colombie-Britannique. Aujourd’hui, le Canada sera le premier pays recréé virtuellement au monde.

Aire Ouverte

Dédiée au réseautage et au télétravail du secteur culturel, Aire Ouverte est une plateforme virtuelle interactive qui représente la géographie du Québec et du Canada à travers ses villes culturelles et ses lieux-phares de la scène artistique. En 2021, Aire Ouverte a reçu le prix d’Initiative culturelle de l’année au Gala de la musique indépendante québécoise.

Parallèlement à ses activités dans l’industrie musicale, Spectacles Bonzaï produit deux projets culturels numériques rassembleurs : Aire Ouverte et sallesindependantes.com.

La Fédération culturelle canadienne-française

Depuis plus de 40 ans, la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) défend et valorise la place des arts et de la culture dans l’espace francophone canadien. Unique voix politique des arts et de la culture de la francophonie canadienne et acadienne au pays, en plus du programme de microfinancement PassepART. Basée à Ottawa, la Fédération compte 22 membres investis à travers le Canada : 13 organismes provinciaux et territoriaux, 7 organismes nationaux représentant les arts médiatiques, les arts visuels, la chanson et la musique, l’édition et le théâtre, un regroupement pancanadien de diffuseurs des arts de la scène et une alliance de radios communautaires.

L’Alliance nationale de l’industrie musicale (ANIM)

Depuis 2001, l’Alliance nationale de l’industrie musicale (ANIM) représente et accompagne les acteurs de l’industrie musicale canadienne en situation minoritaire. Ses membres, des entreprises et associations musicales canadiennes, sont des gérantes, des productrices ou des réseaux de diffuseuses de partout au Canada, soit dans 9 provinces et 3 territoires, à l’exception du Québec.

– 30 –

Relations de presse:

Larissa Souline
Larissa Relations Médias
larissasouline.rp@gmail.com
Tél. : 514 224-5015

PassepART : 100 % des écoles franco-canadiennes et acadiennes bénéficient maintenant d’activités artistiques et culturelles subventionnées

Le programme de microfinancement PassepART a atteint de nouveaux sommets ! Piloté par la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF), PassepART vient de terminer sa 4e année sur un succès retentissant : en 2022-2023, c’est 100 % des écoles franco-canadiennes et acadiennes qui bénéficieront d’activités culturelles, artistiques ou patrimoniales subventionnées.

Pour la première fois depuis sa création en 2019, PassepART a rejoint les 750 écoles franco-canadiennes et acadiennes. Le programme a remis cette année 1 203 000 $ en microsubventions, touchant 178 500 élèves francophones en situation minoritaire partout au pays.

Quelque 144 organismes culturels ont ainsi reçu une subvention de 1500 $ ou plus afin de porter leurs activités dans les écoles, de la maternelle à la 12e année. En plus de soutenir le milieu scolaire, PassepART a permis à plus de 500 artistes et professionnel.le.s du milieu culturel de développer des activités destinées au milieu scolaire et d’élargir leurs réseaux.

« Les arts et la culture revêtent un caractère essentiel pour les communautés francophones en situation minoritaire, soutient Marie-Christine Morin, directrice générale de la FCCF. En les portant au cœur de nos écoles, PassepART contribue à la construction de l’identité culturelle francophone des élèves et à leur capacité à vivre en français. »

Une forte adhésion dans les milieux scolaires

La FCCF et ses 29 conseils scolaires partenaires de partout au pays remarquent une forte adhésion de la part de toutes les écoles. La simplicité́ et l’agilité du programme, sa rapidité́ d’exécution et l’appui précieux de ses partenaires en font un outil désormais incontournable pour soutenir les arts et la culture en milieu scolaire.

« Je suis très reconnaissante envers nos partenaires qui ont apporté leur expertise et leurs ressources pour que le programme soit une réussite, exprime Safiatou Ali, gestionnaire du programme PassepART. Leur engagement envers notre mission a été essentiel au succès remarquable obtenu cette année. Les résultats continuent de démontrer la pertinence et l’efficacité du programme. »

Le projet PassepART découle du Plan d’action pour les langues officielles (PALO) 2018-2023, financé par le gouvernement fédéral, et la FCCF a bon espoir de le voir reconduit dans le cadre du prochain PALO 2023-2028.

Le programme PassepART

Lancé en septembre 2019, le programme PassepART favorise la création de nouvelles expériences en français pour les jeunes par le biais d’activités artistiques, culturelles et patrimoniales. Cette initiative pancanadienne encourage les partenariats entre les écoles francophones en situation minoritaire et les organismes artistiques, culturels et communautaires, grâce à du microfinancement.

La Fédération culturelle canadienne-française

Depuis plus de 40 ans, la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) défend et valorise la place des arts et de la culture dans l’espace francophone canadien. Unique voix politique des arts et de la culture de la francophonie canadienne et acadienne au pays, en plus du programme de microfinancement PassepART. Basée à Ottawa, la Fédération compte 22 membres investis à travers le Canada : 13 organismes provinciaux et territoriaux, 7 organismes nationaux représentant les arts médiatiques, les arts visuels, la chanson et la musique, l’édition et le théâtre, un regroupement pancanadien de diffuseurs des arts de la scène et une alliance de radios communautaires.

– 30 –

 

Pour plus de renseignements ou pour une demande d’entretien :

Safiatou Ali
Gestionnaire du programme PassepART
passepart@fccf.ca
Tél. : 613-410-4618

Budget fédéral 2023 : des perspectives encourageantes pour les arts et la culture en francophonie canadienne et acadienne

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) salue le budget 2023 déposé cet après-midi par le gouvernement fédéral, et en particulier les investissements substantiels destinés au Plan d’action pour les langues officielles (PALO) 2023-2028 et la bonification du financement accordé à certaines institutions artistiques et culturelles qui soutiennent nos communautés francophones en situation minoritaire.

Ce geste fort et cohérent envers la francophonie canadienne et acadienne témoigne de la volonté du gouvernement de remplir ses engagements à soutenir la réforme historique de la Loi sur les langues officielles et à lutter contre le déclin de la langue française au pays.

La FCCF se réjouit également des investissements conséquents accordés aux institutions artistiques et culturelles, dont le Centre national des arts et l’Office national du film. « Nous demandions entre autres le financement adéquat des institutions, et le budget fédéral répond en partie à cet enjeu fondamental pour nos communautés francophones en situation minoritaire », souligne Nancy Juneau, présidente de la FCCF.

Arts et culture : des moyens d’agir grâce au prochain PALO

Bien que les détails quant à la répartition du financement restent à déterminer, la FCCF a bon espoir de trouver dans le prochain PALO les ressources nécessaires à soutenir les priorités des organismes qui œuvrent dans le secteur artistique et culturel francophone.

Rappelons que la FCCF demande des investissements de 75 millions de dollars pour le secteur artistique et culturel en francophonie minoritaire dans le prochain PALO, afin de mettre en œuvre neuf initiatives essentielles à sa vitalité, à sa relance et à sa pleine participation socio-économique.

« Nous sommes convaincus que notre travail de planification rigoureux portera ses fruits, et qu’il se reflétera dans le prochain Plan d’action pour les langues officielles. Nous avons le sentiment que nos messages, de plus en plus, sont entendus et pris en compte par le gouvernement fédéral », indique Marie-Christine Morin, directrice générale de la FCCF.

La FCCF restera donc à l’affût des développements et du dépôt du prochain Plan d’action pour les langues officielles, prévu vers la fin d’avril.

Pour en savoir plus :

 

La Fédération culturelle canadienne-française

La FCCF est l’unique porte-parole national de l’écosystème artistique et culturel en contexte francophone minoritaire. Pour élever la voix du secteur jusqu’aux plus hautes sphères au pays, elle s’appuie sur un réseau dynamique de 22 membres provinciaux, territoriaux et nationaux engagés et diversifiés qui fournissent des services culturels essentiels sur le terrain de la francophonie en milieu minoritaire au Canada.

 

– 30 –

 

Entrevues :

Nancy Juneau, présidente de la FCCF, est disponible pour toute demande d’entrevue.

 

Source :

Josiane Roulez
Service des communications
communications@fccf.ca

La FCCF multiplie les collaborations entre les francophonies canadiennes, acadienne et québécoise

L’accélérateur TADA célèbre sa première année à l’occasion de la Journée québécoise de la francophonie canadienne

 

En cette première Journée québécoise de la francophonie canadienne, la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) célèbre les résultats exceptionnels de la première année d’existence de L’accélérateur TADA, un service qui favorise et multiplie les collaborations artistiques et culturelles entre les francophonies canadiennes, acadienne et québécoise.

L’accélérateur TADA fait partie des initiatives retenues par le Secrétariat du Québec aux relations canadiennes (SQRC) dans le cadre de la nouvelle Politique du Québec en matière de francophonie canadienne, lancée en mars 2022, pour laquelle la FCCF a été identifiée comme porteuse d’action.

« La Journée québécoise de la francophonie canadienne est l’occasion idéale pour célébrer le travail accompli et souligner le renforcement des échanges artistiques et culturels entre les francophonies du pays, l’engagement du Québec et la collaboration exemplaire avec le SQRC », souligne Sven Buridans, gestionnaire de projet de L’accélérateur TADA.

Cinq grands projets accélérés

L’accélérateur TADA a favorisé l’essor de pas moins de cinq grands projets québécois vers la francophonie canadienne et acadienne cette année :

  • Créer du lien — En partenariat avec Productions Rhizome
    Ce projet vise à faire rayonner la littérature francophone québécoise, canadienne et acadienne sur le Web. Plus de 500 pages Wikipédia ont été créées pour autant d’auteur.e.s québécois, et le projet s’élargit maintenant aux francophonies canadiennes et acadienne grâce à des ateliers d’initiation aux plateformes Wikipédia, Wikidata et Wikimédia offertes à plusieurs associations d’auteur.e.s et d’édition.
  • Les Closmonautes — En partenariat avec Culture Saguenay–Lac-Saint-Jean et l’Association des groupes en arts visuels francophones (AGAVF)
    Avec l’appui de L’accélérateur TADA, le projet Les Closmonautes crée un axe de circulation des artistes, de leurs œuvres et des expertises culturelles dans toute la francophonie au pays par le partage d’expertises, d’outils, de pratiques et de processus, ainsi que par l’accompagnement à la cocréation.
  • Téléprésence Scenic — En partenariat avec la Société des arts technologiques (SAT)
    L’accélérateur TADA favorise l’implantation, en francophonie canadienne, de cette solution technologique québécoise qui permet à des artistes d’un bout à l’autre du pays de créer et de présenter des spectacles sur scène ensemble, en direct, à partir de lieux de diffusion différents.
  • Culturepédia — En partenariat avec Culture pour tous
    La FCCF fait partie des partenaires pionniers de cette première fiducie d’utilité sociale de données culturelles au service des organisations québécoises et des francophonies canadiennes et acadienne, afin d’aider les organismes à mesurer, entre autres, l’impact social de leurs activités.
  • Cartographie du secteur des arts et de la culture en francophonie canadienne — En partenariat avec le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ)
    La FCCF participe à la création d’une cartographie du milieu artistique et culturel francophone du Canada, un projet porté par le CALQ, qui deviendra accessible à tous. La cartographie sera principalement axée sur la chanson, le théâtre, le conte et la littérature.

Des rendez-vous récurrents

Afin de stimuler les échanges et de soutenir la multiplication des projets communs, L’accélérateur TADA a lancé les rendez-vous bimensuels Complètement TADA, destinés au milieu artistique et culturel francophone du Québec, du Canada et de l’Acadie. Un vendredi sur deux à midi (heure de l’Est), ces rencontres conviviales de 30 à 45 minutes proposent performances d’artistes, conférences et dîners-causeries. Déjà 11 rendez-vous virtuels ont eu lieu depuis l’automne.

Chaque événement est l’occasion de plonger dans l’univers ludique et accueillant de la Place de la francophonie virtuelle, où chaque personne est représentée par un avatar personnalisé qu’elle peut déplacer et utiliser pour interagir avec les conférencier.ère.s et les autres participant.e.s.

« Grâce à L’accélérateur TADA et à l’engagement du Secrétariat du Québec aux relations canadiennes, la FCCF s’engage désormais concrètement pour renforcer les relations entre les milieux des arts et de la culture à travers le pays. Cette initiative contribue à soutenir la vitalité et la pérennité des communautés francophones en situation minoritaire et à contrer le déclin de la langue française, en multipliant les occasions de vivre des expériences en français », conclut Marie-Christine Morin, directrice générale de la FCCF.

L’accélérateur TADA

Lancé en mars 2022, L’accélérateur TADA est un carrefour de collaboration artistique et culturel francophone porté par la Fédération culturelle canadienne-française et financé par le Secrétariat du Québec aux relations canadiennes (SQRC). Il a pour mission de rapprocher les francophonies canadiennes, acadienne et québécoise par la construction d’un écosystème artistique et culturel pancanadien inclusif, coopératif, innovant, accessible et durable. Le financement du SQRC s’inscrit dans le plan d’action qui accompagne la nouvelle Politique du Québec en matière de francophonie canadienne.

Facebook | Rendez-vous Complètement TADA

La Fédération culturelle canadienne-française

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) est l’unique voix politique des arts et de la culture de la francophonie canadienne et acadienne. Référence incontournable sur les plans politique et communautaire, elle positionne depuis plus de 40 ans le secteur des arts et de la culture comme moteur essentiel de vitalité et d’épanouissement de nos communautés. La Fédération rassemble 22 membres, chefs de file à travers le Canada : 13 organismes provinciaux et territoriaux qui contribuent au développement culturel et artistique de leur région, 7 organismes nationaux représentant les arts médiatiques, les arts visuels, la chanson et la musique, l’édition, le théâtre, ainsi qu’un regroupement de la diffusion des arts de la scène et une alliance de radios communautaires.

Facebook | Twitter | LinkedIn

– 30 –

Source :

Sven Buridans
Gestionnaire de projet, L’accélérateur TADA
sven.buridans@fccf.ca