Forum des leaders : la FCCF appelle ses partenaires à réclamer davantage d’investissements pour la francophonie canadienne et acadienne

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) appelle tous ses partenaires à un engagement commun pour réclamer des investissements plus importants en francophonie dans tous les domaines, y compris les arts et la culture, afin de mener à bien la réforme des langues officielles et de lutter contre le déclin du français au pays.

En vue de l’élaboration du Plan d’action pour les langues officielles (PALO) 2023-2028, la FCCF réitère son appui vigoureux à la demande de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, qui exige 300 millions de dollars du gouvernement fédéral pour renforcer la santé des organismes francophones. À l’occasion du Forum des leaders, qui s’ouvre aujourd’hui à Ottawa, elle encourage tous ses alliés à l’imiter et à témoigner publiquement de leur appui à la FCFA du Canada.

Les arts et la culture : un secteur essentiel à la pérennité des communautés francophones

En outre, la FCCF demande au gouvernement de prévoir des investissements significatifs au prochain PALO pour soutenir les arts et la culture. À cet égard, elle a formulé des recommandations et des pistes de solutions concrètes pour répondre aux enjeux touchant les artistes et les travailleuses et travailleurs culturels des communautés francophones en situation minoritaire. Elle réclame entre autres plus de ressources pour assurer le recrutement, la formation et le maintien en poste du personnel francophone qualifié.

Les organismes culturels et artistiques jouent un rôle essentiel et irremplaçable dans leurs communautés, forgeant le tissu social et créant un contexte favorable à l’innovation, à l’immigration, à la diversité, à l’inclusion et à la transition numérique.

Des investissements substantiels s’imposent pour que les organismes, incluant ceux du secteur des arts et de la culture, puissent continuer à soutenir le développement durable, la vitalité et la pérennité des communautés francophones. Le gouvernement canadien doit se donner les moyens de ses ambitions en matière de francophonie.

Le Forum des leaders de la FCFA du Canada

Le Forum des leaders de la FCFA du Canada, qui se tient aujourd’hui à Ottawa, rassemble ses 50 organismes nationaux membres en francophonie canadienne et acadienne. Sous le thème « Relancer nos collaborations pour relancer nos communautés », l’événement vise à favoriser la concertation pour assurer une relance post-pandémique plus humaine, plus équitable et plus inclusive dans les communautés francophones en situation minoritaire de partout au Canada.

La Fédération culturelle canadienne-française

La FCCF est l’unique porte-parole national de l’écosystème artistique et culturel en contexte francophone minoritaire. Pour élever la voix du secteur jusqu’aux plus hautes sphères au pays, la FCCF s’appuie sur un réseau dynamique de 22 membres provinciaux, territoriaux et nationaux engagés et diversifiés qui fournissent des services culturels essentiels sur le terrain de la francophonie en milieu minoritaire au Canada.

– 30 –

Pour plus d’information :

Manon Henrie-Cadieux
Directrice, Stratégie et relations gouvernementales
strategies@fccf.ca

Forum annuel 2022 : la FCCF et son réseau célèbrent les fruits d’une récolte abondante pour le secteur artistique et culturel en francophonie canadienne et acadienne

Réunis à Ottawa du 18 au 20 octobre lors de leur Forum national de concertation sous le thème « L’art de récolter », la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) et son réseau de membres pancanadien ont célébré leurs succès et échangé sur de prochains enjeux prioritaires du secteur artistique et culturel en francophonie canadienne et acadienne.

Un réseau mobilisé de manière exemplaire sur des dossiers politiques prioritaires

Il fut question de la croisée historique des chemins avec le positionnement solide de la Fédération culturelle et de ses membres en vue de la refonte de la Loi sur la diffusion continue en ligne (radiodiffusion canadienne) et de la modernisation imminente de la Loi sur les langues officielles.

Le travail de concertation a également permis d’aborder les dossiers prioritaires suivants : 

  • Plan d’action pour les langues officielles 2023-2028 et budget fédéral 2023;
  • Reconnaissance du statut de l’artiste et droit d’auteur; 
  • Assurance-emploi et potentiel d’un revenu minimum garanti;
  • Diversité, inclusion et immigration francophone;
  • Développement économique, diffusion et rayonnement international.

« Quel beau et grand moment ce fut pour moi d’animer, en tant que nouvelle présidente élue, notre tout premier forum national des membres en présentiel depuis 2019. Cette occasion formidable nous a permis de renouer les liens pour célébrer l’importance et la qualité du travail politique accompli par la FCCF. La reconnaissance formelle du caractère essentiel de notre secteur pour le développement durable de nos milieux chemine grâce à nos efforts de positionnement efficaces et à la mobilisation de nos organismes, sur le terrain et jusque dans l’arène politique. Nous sommes toutes et tous directement appelés à agir. Il faut faire contrepoids au déclin de la langue et de la culture française au Canada, en veillant à soutenir de manière adéquate et déterminante l’écosystème artistique et culturel en francophonie canadienne et acadienne », a déclaré la présidente de la FCCF, Nancy Juneau.

Continuer à agir en collaboration pour accroître le rayonnement des arts et de la culture dans nos milieux et pour renforcer les capacités 

Les membres de toutes les régions du pays et de l’ensemble des disciplines artistiques se sont également ralliés à l’importance de poursuivre la conduite des grands projets porteurs et innovants de la FCCF :

  • PassepART, un programme de financement artistique et culturel dans les écoles, de retour pour une 4e année;
  • La ruchée, un laboratoire d’éducation artistique en français, qui amorce sa phase 2;
  • L’accélérateur TADA, un carrefour de collaboration culturel et artistique entre les francophonies canadiennes, québécoise et acadienne;
  • La bande numérique, un service d’accompagnement gratuit au virage numérique pour les organismes artistiques et culturels, qui accueillera bientôt sa 3e cohorte;
  • Le hub de solutions, un projet d’offre centralisée de services et de mise en commun des ressources au sein du secteur artistique et culturel en francophonie canadienne.

Des hommages émouvants

La FCCF et tous ses membres ont tenu à dédier ce Forum annuel à leur ami et collègue Martin Arseneau, directeur général de Réseau Ontario, décédé subitement en août dernier. Ses partenaires de Scènes francophones lui ont rendu un vibrant hommage au cours de l’événement.

La FCCF et son réseau ont également salué la contribution exceptionnelle de trois proches collaborateurs qui quittent le réseau cette année, soit pour entreprendre d’autres mandats, soit pour partir à la retraite :

  • Denis Bertrand, qui libère son poste à titre de coordonnateur général de l’Alliance culturelle de l’Ontario;
  • Lise Leblanc, directrice générale de l’Association des groupes en arts visuels francophones, qui s’implique avec la FCCF depuis près de 30 ans et qui terminera son mandat à la fin de l’année;
  • Suzanne Campagne, directrice générale du Centre culturel fransaskois, qui terminera son mandat en début d’année prochaine.

« Nous avons voulu saluer le travail et le dévouement de trois directions générales de notre réseau qui, par leurs actions exemplaires et leur passion contagieuse, auront laissé une trace durable dans leur organisme, dans leur milieu et dans tout le secteur artistique et culturel en francophonie canadienne et acadienne. Nous les félicitons du fond du cœur, nous leur tirons notre chapeau et nous leur exprimons notre reconnaissance infinie », a conclu Marie-Christine Morin, directrice générale de la FCCF. 

– 30 –

Note aux médias : Marie-Christine Morin, directrice générale de la FCCF, et Nancy Juneau, présidente du conseil d’administration, sont toutes deux disponibles pour des entrevues.

Source :

Stefania Gaudrault Valente
Coordonnatrice concertation réseau
stefania.gaudrault-valente@fccf.ca

Projet de loi C-11 : un colloque pour réfléchir aux enjeux relatifs aux contenus franco-canadiens sur les plateformes de vidéo sur demande

Depuis une quinzaine d’années, les plateformes de vidéo sur demande (Netflix, Disney+, Amazon Prime, Apple TV, etc.) ont envahi le marché mondial de l’audiovisuel, ce qui a considérablement modifié les habitudes d’écoute partout sur la planète. Le Canada n’est pas étranger à ce phénomène, alors que les Canadiens et Canadiennes écoutent de moins en moins la télévision et se tournent principalement vers le contenu audiovisuel en ligne.

Les 28, 29 et 30 octobre 2022, l’Observatoire international des droits linguistiques de l’Université de Moncton et l’Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick (AAAPNB), en partenariat avec la Fédération culturelle canadienne-française, organisent un colloque à Moncton pour discuter des questions en lien avec la réglementation des plateformes de vidéo sur demande dans le contexte de la francophonie canadienne.

L’événement, qui se tiendra à la Faculté de droit de l’Université de Moncton (campus de Moncton), se penchera sur deux des principaux éléments abordés par le projet de loi fédéral C-11, à savoir l’obligation pour les plateformes de financer la production de contenus canadiens (y compris du contenu francophone) et l’obligation, pour ces mêmes plateformes, de diffuser et faire rayonner ces contenus canadiens 

Des conférencières et conférenciers de renom

Pour ce faire, des chercheur.euse.s et des acteur.trice.s de l’industrie audiovisuelle de partout au pays se rencontreront pour discuter de ces enjeux qui revêtent une importance capitale pour l’avenir de la langue et de la culture française au Canada, notamment l’ex-ministre fédérale Sheila Copps, Monique Simard (anciennement à l’ONF et à la SODEC) et Véronique Guèvremont, professeure à la Faculté de droit de l’Université Laval et titulaire de la Chaire UNESCO sur la diversité des expressions culturelles.

Plusieurs problématiques propres au Canada français seront aussi abordées pendant le colloque, entre autres sur les façons dont les communautés francophones en situation minoritaire peuvent avoir un meilleur accès aux œuvres canadiennes.

Outre la Fédération culturelle canadienne-française, les partenaires qui rendent ce colloque possible sont : la Faculté de droit de l’Université de Moncton, le Centre de la francophonie des Amériques et la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick.  

Programme et inscription

Le programme complet et la liste des invité.e.s est disponible à l’adresse web suivante : http://www.aaapnb.ca/autresinitiatives/colloque-plateformes-web.

Vous pouvez vous inscrire au colloque en visitant le lien suivant : https://forms.gle/LCvDqjrLUPP34qZG7

-30-

Note aux médias : Certains invité.e.s sont disponibles pour des entrevues en prévision au colloque pour discuter de thèmes qui y seront abordés : législation internationale, algorithmes, découvrabilité, etc.

 

Relations médias :

Melissa Hachey
mhach041@gmail.com
+1 506 269-0375

La FCCF et L’accélérateur TADA lancent les rendez-vous Complètement TADA pour favoriser les collaborations artistiques et culturelles en français

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) et L’accélérateur TADA annoncent le lancement de Complètement TADA, une série de rendez-vous visant à stimuler les collaborations artistiques et culturelles entre les francophonies du Canada, de l’Acadie et du Québec.

Sous forme de conférences, d’ateliers, de concerts, de dîners-causeries et de performances, ces rendez-vous d’environ 45 minutes se tiendront un vendredi sur deux à partir du 7 octobre à midi (HAE) à la Place de la francophonie virtuelle, le nouvel espace de rassemblement de la FCCF développé par Aire ouverte.

Ouverts à toutes et à tous et accessibles de partout au pays, ces événements rassembleront les acteurs et actrices du milieu des arts et de la culture francophone ainsi que ceux et celles de secteurs connexes comme le développement social, l’action communautaire, l’éducation ou le développement durable.

« Les rendez-vous Complètement TADA offrent un nouvel espace de discussion pour stimuler les idées. Ils favorisent la création de projets artistiques et culturels communs, afin de rapprocher les francophonies canadiennes, acadienne et québécoise. Ils renforcent non seulement la vitalité des arts et de la culture en français, mais contribuent aussi à renforcer une solidarité francophone qui inclut à la fois les communautés minoritaires et le Québec », se réjouit Marie-Christine Morin, directrice générale de la FCCF.

Un calendrier Complètement TADA

Les trois premiers rendez-vous Complètement TADA promettent de passionnantes découvertes.

Vendredi 7 octobre, midi (HAE) | Performance de slam et poésie de Yao et inauguration de la scène du café-culture de la Place de la francophonie virtuelle, par l’équipe de L’accélérateur TADA
Vendredi 21 octobre, midi (HAE) | Conférence : La médiation culturelle numérique, par Eva Quintas, directrice générale du Lab_Artenso
Vendredi 4 novembre, midi (HAE) | Conférence : Les Closmonautes – Comment créer un axe de circulation des artistes, des œuvres et des expertises culturelles dans la francophonie canadienne, par Gabrielle Desbiens, directrice générale de Culture Saguenay–Lac-Saint-Jean

Chaque rendez-vous s’amorce par une intervention de 20 à 30 minutes, suivie d’une période d’échange avec le public de 10 à 15 minutes.

Pour y assister : aireouverte.net/fccf-cafe-culture

Demain : dévoilement de l’Alberta et de la Nouvelle-Écosse virtuelles sur Aire ouverte

De plus, demain mardi 4 octobre, la FCCF et l’Alliance nationale de l’industrie musicale (ANIM) convient leurs membres, leurs partenaires et le public à l’inauguration des provinces virtuelles de l’Alberta et de la Nouvelle-Écosse sur Aire ouverte, de 13 h à 13 h 30 (HAE), à la Gare centrale d’Aire ouverte.

Aire ouverte est une reproduction virtuelle des hauts lieux culturels et artistiques au Canada. Chaque personne y est représentée par un avatar personnalisé qu’elle peut déplacer pour visiter les villes et les édifices. Des outils de visioconférence permettent d’y tenir des rencontres virtuelles dans une ambiance ludique, conviviale et accueillante.

Pour assister à l’inauguration : aireouverte.net/accueil
Pour plus d’information sur les événements de L’accélérateur TADA : facebook.com/AccelerateurTADA

L’accélérateur TADA

Lancé en novembre 2021, L’accélérateur TADA est un carrefour de collaboration artistique et culturel francophone porté par la Fédération culturelle canadienne-française et financé par le Secrétariat du Québec aux relations canadiennes (SQRC). Il a pour mission de rapprocher les francophonies canadiennes, acadienne et québécoise par la construction d’un écosystème artistique et culturel pancanadien inclusif, coopératif, innovant, accessible et durable. Le financement du SQRC s’inscrit dans le plan d’action qui accompagne la nouvelle Politique du Québec en matière de francophonie canadienne.

– 30 –

Source :

Sven Buridans
Gestionnaire de projet, L’accélérateur TADA
sven.buridans@fccf.ca

La FCCF dévoile les détails de sa proposition pour les arts et la culture en vue du Plan d’action pour les langues officielles 2023-2028

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) dévoile aujourd’hui les détails de sa proposition concrète pour stimuler la vitalité du secteur culturel et des communautés francophones en situation minoritaire au Canada. Elle demande au gouvernement des investissements et un engagement ferme envers les arts et la culture dans le Plan d’action pour les langues officielles 2023-2028.

Dans son mémoire déposé ce matin auprès de l’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre des Langues officielles, elle détaille deux champs d’action et neuf initiatives structurantes pour soutenir le développement culturel durable et la pérennité des collectivités francophones. La Fédération souhaite ainsi alimenter les réflexions de la ministre dans l’élaboration du prochain Plan d’action pour les langues officielles (PALO).

Des investissements primordiaux pour contrer le déclin de la langue française

À venir cet automne, le PALO 2023-2028 orientera les priorités et les investissements du gouvernement pour les cinq prochaines années. Pour contrer le déclin de la langue française et soutenir la vitalité des communautés francophones minoritaires, le gouvernement doit impérativement y inclure les arts et la culture.

« Il n’y a pas de communauté francophone sans un tissu culturel et linguistique solide. Pour s’épanouir et prospérer, nos milieux ont besoin d’une vie culturelle et artistique riche et dynamique. C’est par les arts et la culture qu’ils s’expriment, vivent des expériences et renforcent leur sentiment d’appartenance à leur identité francophone canadienne et acadienne », déclare Nancy Juneau, présidente de la Fédération culturelle canadienne-française.

Le projet de loi C-13 sur les langues officielles reconnaît maintenant le secteur culturel comme vecteur essentiel de développement des collectivités francophones minoritaires au Canada. L’industrie artistique et culturelle représente, en outre, un pilier incontournable de leur économie, employant plus de 26 000 personnes et générant plus de 1,16 milliard de dollars annuellement.

La FCCF demande un geste fort pour les arts et la culture

Par l’intermédiaire de la FCCF, le secteur artistique et culturel francophone canadien et acadien demande au gouvernement d’investir et de s’engager dans deux champs d’action prioritaires, au moyen de neuf initiatives structurantes :

➤ Agir sur la santé des organismes pour renforcer les capacités de l’écosystème artistique et culturel

1. Augmenter les fonds de base afin d’agir sur la santé des organismes et consolider les capacités de l’écosystème artistique et culturel.
2. Augmenter la contribution du gouvernement au Fonds stratégique de la Direction générale des langues officielles (DGLO) : Développement des communautés de langue officielle.
3. Mettre en place un programme de stages rémunérés en milieu de travail dans le secteur artistique et culturel.
4. S’appuyer sur des données probantes fiables en francophonie canadienne et acadienne et dans le secteur des arts et de la culture, et créer un observatoire de données sur les arts et la culture en francophonie canadienne.
5. Renforcer l’accompagnement à l’élaboration de solutions et la coordination stratégique pour améliorer l’efficacité de l’Entente de collaboration.
6. Prioriser le secteur des arts et de la culture dans le cadre de la stratégie pour soutenir les entrepreneurs des communautés de langue officielle en situation minoritaire par l’entremise des agences de développement régional.

➤ Construire l’identité culturelle francophone en misant sur l’éducation et la culture

7. Bonifier le programme PassepART, qui finance la tenue d’activités culturelles et artistiques dans les écoles, de la maternelle à la fin du secondaire.
8. Investir dans la mise sur pied d’un centre national d’expertise en enseignement des arts et par les arts en français.
9. Accroître le financement des établissements postsecondaires pour pérenniser les programmes de formation dans les arts.

Pour en savoir plus

– 30 –

Source :

Manon Henrie-Cadieux
Directrice, Stratégie et relations gouvernementales
strategies@fccf.ca

Plan d’action pour les langues officielles : la FCCF demande des investissements et dépose une proposition concrète pour les arts et la culture

À l’occasion du Sommet de clôture des consultations pancanadiennes sur les langues officielles, la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) demande des investissements en arts et en culture, et propose des initiatives concrètes et structurantes pour soutenir la vitalité des communautés francophones en situation minoritaire.

Reconnu dans le projet de loi C-13 sur les langues officielles comme vecteur essentiel de développement et d’épanouissement, le secteur des arts et de la culture joue un rôle majeur dans le développement durable et le dynamisme des collectivités francophones. Il leur permet d’exprimer leur identité, de partager des expériences et de développer un sentiment d’appartenance à leur culture et à leur communauté, en français.

Des initiatives concrètes pour les arts et la culture

La FCCF préconise des investissements stratégiques pour mobiliser et développer le secteur artistique et culturel en francophonie minoritaire. Elle suggère d’agir sur deux priorités grâce à neuf initiatives structurantes :

Agir sur la santé des organismes pour renforcer les capacités de l’écosystème artistique et culturel

1. Augmenter la contribution du gouvernement au Fonds stratégique de la Direction générale des langues officielles (DGLO) : Développement des communautés de langue officielle
2. Augmenter les fonds de base afin d’agir sur la santé des organismes et de consolider les capacités de l’écosystème artistique et culturel
3. Mettre en place un programme de stages rémunérés en milieu de travail dans le secteur artistique et culturel
4. S’appuyer sur des données probantes fiables en francophonie canadienne et acadienne et dans le secteur des arts et de la culture, et créer un observatoire de données sur les arts et la culture en francophonie canadienne
5. Renforcer l’accompagnement à l’élaboration de solutions et la coordination stratégique pour améliorer l’efficacité de l’Entente de collaboration
6. Prioriser le secteur des arts et de la culture dans le cadre de la stratégie pour soutenir les entrepreneurs des communautés de langue officielle en situation minoritaire par l’entremise des agences de développement régional

Construire l’identité culturelle francophone en misant sur l’éducation et la culture

7. Bonifier le programme PassepART, qui finance la tenue d’activités culturelles et artistiques dans les écoles, de la maternelle à la fin du secondaire
8. Investir dans la mise sur pied d’un centre national d’expertise en enseignement des arts et par les arts en français
9. Accroître le financement des établissements postsecondaires pour pérenniser les programmes de formation en arts

Un mémoire à surveiller début septembre

La Fédération culturelle canadienne-française détaillera cette proposition pour son secteur dans un mémoire qui sera déposé au début de septembre auprès de l’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre des Langues officielles. La Fédération souhaite ainsi appuyer la ministre afin d’orienter le gouvernement dans l’élaboration du prochain Plan d’action pour les langues officielles (PALO) 2023-2028.

« Le prochain Plan d’action sur les langues officielles doit offrir une vision renouvelée et plus ambitieuse du développement et de l’épanouissement de la francophonie canadienne et acadienne, soutient Marie-Christine Morin, directrice générale de la FCCF. Le déclin progressif de la langue française au Canada appelle le gouvernement à donner un véritable coup de barre. Le besoin de dynamiser l’offre et l’action culturelles dans nos milieux s’impose. Il doit faire partie des solutions priorisées dans le prochain plan d’action. »

 

Entrevues :

Marie-Christine Morin, directrice générale de la FCCF, est disponible pour des entrevues en personne lors du Sommet de clôture des consultations pancanadiennes sur les langues officielles, le 25 août, à Ottawa.

 

Pour plus d’information :

Manon Henrie-Cadieux
Directrice, Stratégie et relations gouvernementales
strategies@fccf.ca

Déclin inquiétant du français au Canada : le gouvernement doit investir dans les arts et la culture

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) s’inquiète de la première série de données linguistiques du recensement de 2021 dévoilées hier par Statistique Canada. Ces résultats confirment le déclin du français au pays et l’urgence d’agir pour soutenir le développement et la vitalité des communautés francophones canadiennes et acadienne.

Portant sur la langue maternelle, les langues parlées à la maison et la connaissance des langues officielles, les résultats diffusés hier révèlent notamment que la proportion des Canadiennes et Canadiens dont la première langue officielle parlée est le français a diminué, passant de 22,2 % en 2016 à 21,4 % en 2021.

« Ce portrait démontre la fragilité de la langue française au sein de nos communautés en situation minoritaire, souligne Nancy Juneau, présidente de la Fédération. Les artistes et les organismes culturels sur le terrain jouent un rôle crucial dans la capacité des collectivités à vivre leur culture en français. Le prochain Plan d’action pour les langues officielles doit prévoir des investissements en arts et en culture pour dynamiser l’offre dans nos milieux, et répondre aux enjeux liés au déclin du français au Canada. »

Bien que préoccupants, ces résultats viennent combler le besoin criant de données probantes sur l’état de la situation en francophonie canadienne et acadienne. Ils apportent un nouvel éclairage sur l’évolution du français au Canada qui permettra de mieux étayer les revendications et mesurer les actions de la FCCF, de ses membres et de ses partenaires.

 

Pour plus d’information :

Manon Henrie-Cadieux
Relations gouvernementales et partenariats stratégiques
strategies@fccf.ca

45e assemblée générale annuelle : une nouvelle présidence à la FCCF et des avancées historiques pour nos milieux

Les membres de la Fédération culturelle canadienne-française ont élu une nouvelle présidente lors de leur 45e assemblée générale annuelle, le 8 juin 2022. Nancy Juneau, bien connue dans le milieu des arts et de la culture, prend la barre du conseil d’administration pour un mandat de 3 ans.

Militante et femme d’action engagée dans une panoplie de projets en francophonie canadienne et acadienne, Nancy Juneau succède à Martin Théberge, président de la FCCF pendant 7 ans, et à Josée Théberge, présidente intérimaire, qui ont tous deux accompli leur mandat avec brio. Elle saura à coup sûr guider l’organisation dans la réalisation de sa vision et de sa mission, et faire avancer les dossiers prioritaires de ses membres et de notre secteur.

« Alors que la société aborde souvent les arts et les activités culturelles comme un dessert dont on peut se priver, ils sont, à mon avis, le plat de résistance, surtout en milieu minoritaire francophone. C’est cette conviction profonde qui constituera le fil d’Ariane de mon engagement au sein de la FCCF », a indiqué Nancy Juneau suite à son élection.

Une année historique pour nos membres et notre écosystème

Cette année, la FCCF et ses membres ont réalisé des progrès majeurs sur le plan législatif, en faisant inclure les réalités et les besoins de nos milieux dans le texte de deux projets de loi, en voie d’être adoptés. La Loi sur les langues officielles reconnaîtra les arts et la culture en tant que secteur essentiel, et la Loi sur la radiodiffusion favorisera, entre autres, la diffusion de contenus francophones et la visibilité de nos créations culturelles.

Le laboratoire d’éducation artistique La ruchée a célébré les résultats de sa première phase de deux ans. Ses 7 équipes innovantes ont produit pas moins de 6 prototypes de services visant la rétention et le recrutement d’enseignantes et enseignants en arts. Ces solutions inédites ouvrent la porte à de nombreuses avenues pour favoriser le maillage des secteurs artistiques et éducatifs, dont plusieurs sont déjà à l’étude dans les institutions d’enseignement.

Faisons rayonner nos réalisations collectives!

Rejoins-moi à la FCCF-Ville!

Ce n’est là qu’un échantillon des éclatantes réalisations de cette année. La Fédération vous invite à les découvrir toutes et à les faire rayonner grâce un outil exceptionnel : une page web animée à partager largement dans nos réseaux. 

Faisons briller nos actions! Notre soutien actif et concret à notre écosystème est la plus belle marque de reconnaissance que nous pouvons lui offrir en ces temps difficiles, et la meilleure manière de susciter l’adhésion aux priorités de notre secteur.

Explorez la FCCF-Ville et invitez votre réseau à la visiter!

Partageons nos réalisations!

 

Revivez les moments forts de l’assemblée générale

 

Pour plus d’information :

Manon Henrie-Cadieux
Relations gouvernementales et partenariats stratégiques
strategies@fccf.ca

Budget fédéral 2022 : la saine relance des arts et la culture demeure hors d’atteinte

La FCCF s’inquiète de la reconstruction du milieu et surtout du sort des artistes et des travailleurs

La vice-première ministre et ministre des Finances du Canada, Chrystia Freeland, a livré le budget fédéral en ce jeudi 7 avril 2022. Pour la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF), force est de constater que le secteur des arts et de la culture n’est pas suffisamment mis de l’avant dans ce budget axé sur les grands enjeux socioéconomiques du pays. Une vision à plus long terme pour favoriser la reconstruction durable du secteur est nécessaire.

Des investissements modestes pour un secteur en crise

Les investissements du gouvernement dans son budget pour le secteur des arts et de la culture sont insuffisants par rapport à l’ampleur de la crise qui continue de sévir dans nos milieux. Plusieurs pans du secteur artistique sont laissés pour compte face aux défis profonds d’une relance viable.

« Le secteur des arts et de la culture en francophonie canadienne n’est toujours pas relevé de la pandémie. La relance économique ne peut se faire sans nos travailleuses et travailleurs. La contribution essentielle des artistes et des travailleurs du milieu culturel est autant sociale qu’économique. Ils agissent directement sur la santé et le mieux-être de la population canadienne. Le temps est venu de replacer les arts et la culture au cœur du projet de société et parmi les moteurs de la relance. »

Josée Théberge, présidente intérimaire de la Fédération culturelle canadienne-française

Une vision à long terme est nécessaire pour la relance économique du secteur artistique et culturel

 Les aides de Patrimoine canadien au secteur qu’ont été les Fonds de relance et de réouverture pour les secteurs des arts, de la culture, du patrimoine et du sport ainsi que le Fonds pour la résilience des travailleurs du secteur des spectacles sur scène du Canada auront été une bouée de sauvetage pour nos organismes artistiques et culturels qui continuent d’encaisser les contrecoups des vagues subséquentes de la pandémie.

« L’ensemble des aides gouvernementales consenties jusqu’ici nous ont permis tant bien que mal de nous accrocher, de redoubler d’ingéniosité et de tenter – plutôt mal – de pallier la précarité d’emploi de nos artistes et travailleurs, mais le soutien se termine cette année. Sur le terrain, nos gens parlent de plus en plus de trois longues années avant de pouvoir se remettre de la crise. »

Marie-Christine Morin, directrice générale de la FCCF

Parmi les mesures législatives, nous saluons l’engagement du gouvernement de moderniser la Loi sur le droit d’auteur ainsi que la Loi sur l’assurance-emploi. Il s’agit pour nous de travaux préliminaires visant à assurer un filet social plus inclusif et équitable pour les artistes et les travailleurs culturels. Nous prévoyons que ces thèmes seront à l’ordre du jour des discussions lors du prochain Sommet national sur la relance des secteurs des arts, de la culture et du patrimoine.

Les arts et la culture au cœur d’une réflexion sur l’éducation postsecondaire en français

Mémoire FCCF | en suivi aux États généraux sur le postsecondaire

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) dépose aujourd’hui son mémoire intitulé Les arts et la culture au cœur d’une réflexion sur l’éducation postsecondaire en français, à la suite des États généraux sur l’avenir du postsecondaire en contexte francophone minoritaire.

Elle y demande une meilleure reconnaissance du rôle fondamental des institutions postsecondaires dans le développement du milieu des arts et de la culture des communautés francophones en situation minoritaire (CFSM).

« Outre la formation professionnelle des artistes, les établissements d’enseignement postsecondaire doivent accentuer la formation d’enseignants dans le champ de l’éducation artistique et, plus largement, jouer un rôle accru dans la vie artistique et culturelle environnante. »

« La vision de la consolidation et du développement du postsecondaire francophone en contexte minoritaire doit être ancrée dans un projet francophone plus large. »

Mémoire FCCF, avril 2022, p. 7. & p.12

C’est avec cette intention qu’elle dépose son mémoire aux organismes co-organisateurs, soit l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC) et la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada.

La FCCF s’engage à collaborer pour mettre en œuvre les suivis aux États généraux

En tant que voix politique des arts et de la culture de la francophonie canadienne et acadienne, la FCCF s’est aussitôt ralliée à l’objectif des États généraux sur le postsecondaire de « faire le point sur la situation […] afin de trouver des solutions cohérentes, systémiques et durables pour assurer la pérennité de ce secteur. » (Site officiel des États généraux)

Forte de la relation et des liens de travail solides qu’elle a tissés avec les milieux scolaires grâce au succès de son programme PassepART et de son projet de laboratoire d’éducation artistique La ruchée, la FCCF s’engage, au nom du secteur des arts et de la culture, à concrétiser les suivis ressortis des États généraux.

« Déjà, la FCCF mobilise les expertises de son réseau et investit efforts et ressources à la mise en œuvre des suivis aux États généraux. Elle exprime son engagement à promouvoir l’éducation artistique en français au cœur de la construction identitaire, à aider au recrutement d’étudiants dans les programmes de formation en arts et à mettre sur pied un centre d’expertise pour offrir des services en appui à l’enseignement des arts et par les arts en français. »

— Marie-Christine Morin, directrice générale

L’enseignement postsecondaire est un maillon clé du continuum en éducation et pour la « complétude institutionnelle ». Il est indispensable au développement et à la pérennité des communautés francophones en situation minoritaire (CFSM). Il est temps de consolider son rôle de pilier dans nos régions et de participer à la création de véritables « pôles culturels » francophones.