L’artiste, fier bâtisseur de la culture

Le

Impro en mouvement : cellule de médiation culturelle en milieu scolaire franco-ontarien

Billet de Anik Bouvrette

Vidéo et crédit | Michel Legault

À titre de fondatrice et directrice artistique de Tara Luz Danse, j’ai toujours eu le profond désir d’aller à la rencontre des jeunes et les sortir de leur zone de confort en suscitant leur créativité. Pour moi, la danse revêt un énorme potentiel d’expression et je crois que tout le monde peut danser. Avec Impro en mouvement, nous sommes une équipe de quatre artistes en danse et en musique qui ont encadré les élèves à créer leur propre œuvre d’improvisation en mouvement sur musique «live» inspirée par les jeux d’improvisation qui guident notre processus de création professionnel.

Nous venons tout juste de terminer notre projet au sein duquel près d’une centaine d’élèves de la 4e à la 6e année de l’École élémentaire publique Jeanne-Sauvé (Orléans) et de l’École élémentaire publique De la Rivière Castor (Embrun) ont travaillé avec les artistes de Tara Luz Danse et découvert un peu plus la danse contemporaine. L’initiative s’est aussi accompagnée d’une formation en médiation culturelle offerte aux artistes et aux acteurs du secteur de l’éducation d’Ottawa et donnée par Yves Amyot du Centre de création pédagogique Turbine.

La formation fut riche d’échanges et une confirmation de l’approche que nous avons développée auprès des jeunes et dans la communauté. Elle nous a donné un vocabulaire pour parler de notre travail. Tara Luz Danse est engagée en milieu scolaire francophone depuis 2008, mais nous avions très peu parlé de médiation culturelle ou de création pédagogique et c’est en fait exactement ce que nous faisons depuis plusieurs années.

Ce fut aussi une prise de conscience à l’effet que la médiation culturelle n’a pas seulement des impacts pour le jeune qui participe, mais pour l’artiste, l’enseignant et même l’école. Les danseuses de la compagnie ont fait part que la médiation culturelle leur permet de découvrir leur public et de se confronter à un univers créatif différent permettant l’approfondissement de leur pratique. Une enseignante a mentionné : « La médiation culturelle est une rupture avec le quotidien. Elle m’offre un nouvel espace de création qui vient nourrir mon travail ».

Quant au jeune est au cœur de cet espace. D’ailleurs, l’un des points importants soulevés lors des discussions avec les enseignants est que l’artiste dans l’école est un modèle pour le jeune. Il transmet non seulement ses racines culturelles ancrées dans sa pratique, mais il est porteur de la culture actuelle et future. En faisant vivre une expérience artistique, l’artiste contribue à bâtir l’identité des jeunes qui comme acteurs de demain feront vivre et rayonner notre culture franco-ontarienne.

Avec Impro en mouvement, les artistes du projet sont entrés en contact direct avec les jeunes et les ont amenés à s’ouvrir à la danse contemporaine, une discipline artistique souvent peu présente à l’école. Ils ont amené les jeunes à vivre le processus de création d’une œuvre d’improvisation en mouvement et ont fait appel à leur créativité. Les idées venant des élèves, les artistes furent présents pour les encadrer et les accompagner. Les élèves ont dû relever plusieurs défis entre autres travailler en groupe, réfléchir à leur démarche, explorer une nouvelle façon de s’exprimer par le mouvement, présenter devant un public et faire preuve d’ouverture d’esprit.

La beauté du projet a été pour moi de voir les jeunes évoluer et même se transformer sous nos yeux. Au début,  plusieurs étaient timides et même inconfortables, car nous leur demandions de sortir de leur zone de confort.  Mais au fil du projet, nous avons vu les jeunes trouver et prendre leur place au sein du travail en danse.  Les dynamiques de groupe ont évolué de façon positive. La créativité sans limites des jeunes m’étonne toujours.  Je suis convaincue plus que jamais que l’art a le grand potentiel de faire une différence dans la vie d’un jeune.  En effet, c’est à nous « les adultes », acteurs culturels et du milieu scolaire, de s’assurer de mettre les occasions comme celle-ci sur la voie des jeunes afin de les faire évoluer et grandir !

Remerciements

La cellule d’Ottawa, Impro en mouvement, a été financée par le Conseil des arts de l’Ontario, la Ville d’Ottawa, le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario et la Fédération culturelle canadienne-française, et dans le cadre du projet national de médiation culturelle. Projet développé en collaboration avec Culture pour tous et financé par le ministère du Patrimoine canadien et le Conseil des arts du Canada. La formation en médiation culturelle a été offerte par Yves Amyot du Centre de création pédagogique Turbine (Montréal).

Fondée en 2006 par la chorégraphe franco-ontarienne Anik Bouvrette, Tara Luz Danse est une compagnie de danse contemporaine en résidence au Centre des Arts Shenkman à Ottawa, Ontario. La démarche de la compagnie s’inscrit sur deux fronts à la fois : d’une part, la création artistique et la présentation de spectacles haut de gamme pour le public de tous les âges avec un focus sur le jeune public, et l’activité de médiation culturelle en milieu scolaire et dans la communauté qui favorise un accès et une appréciation accrue de la danse contemporaine. Tara Luz Danse propose au public des œuvres ludiques, imagées et poétiques. Son répertoire compte plusieurs œuvres dont les plus récentes Les bâtons (2015), Les souliers d’Angélie (2013) et Les billes (2012). La compagnie compte aussi plusieurs projets en milieu scolaire et dans la communauté dont Impro en mouvement, Croisée et l’événement participatif En studio avec nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>