Le top 10 des folies estivales – Comment devenir gourou de festivals d’été?

Le
vPOULIN_blogue3

Billet de Véronique Poulin

Photo : The Bahamas – Crédit photo : Véronique Poulin

L’été arrive à grands pas! Enfin, espérons-le… Parce qu’avec l’été, arrive toute une panoplie de divertissements culturels que j’apprécie énormément. De plus, on y retrouve toutes sortes d’options de festivals de musique d’été! Un festival de musique est souvent la façon la plus agréable de découvrir des artistes et de faire de nouvelles expériences. Voilà déjà quelques mois que je me penche sur les avantages et les bienfaits qu’apportent les festivals. Sachez que mon expérience en la matière oscille entre celle d’une spectatrice, d’une participante ou même d’une organisatrice. Aussi, j’aimerais vous parler dans ce billet de trois types de festivals et puisque j’ai moins d’expérience que certains de ses  vétérans, je souhaiterais les saluer ici! J’invite donc tous ceux qui veulent en apprendre un peu plus sur l’importance des festivals et leurs bienfaits à lire jusqu’au bout de ce que j’ai humblement à vous dire. Veuillez trouver ci-dessous dix étapes importantes à suivre pour profiter pleinement de ce que les différentes cultures ont à offrir.

10. Célébrez la St-Jean!

J’ai découvert la Saint-Jean-Baptiste à travers un événement musical dans mon village natal comme chaque 24 juin dans la majorité des communautés francophones au Canada. Elle est pour moi, l’un de mes premiers souvenirs d’avoir écouté chanter mon grand-père Henri Poulin.

La fête fransaskoise, elle, apportait des grands noms jusqu’ici comme Carmen Campagne, Laurence Jalbert, Hart Rouge, Dubmatique, La volée d’castors ainsi qu’Ariane Moffat. J’ai malheureusement manqué Édith Butler de deux années, faute d’être née trop tard et j’en pleure encore. La St-Jean et la fête fransaskoise sont toujours des festivals importants. Bien que ces deux fêtes aient perdu un peu de vigueur, elles tiennent toujours leur bout! Une grande fierté m’envahit quand je pense à la fête fransaskoise qui existe depuis les années 80. Si vous êtes curieux de voir combien de fêtes vous avez fêtées, visitez http://fete.societehisto.com/en-bref_n301_n1096.html

La fête nationale du Québec mérite d’être célébrée même si vous ne venez pas de cette province. La fête de la St-Jean-Baptiste doit être vue pour ce qu’elle représente vraiment – la fierté d’un peuple.

9. Soyez prêts à faire du camping

Soyons francs, les meilleures fins de semaine de votre jeunesse se sont déroulées en camping, soit dans une tente ou une roulotte! N’oubliez pas votre écran solaire et du linge supplémentaire, une lampe de poche pour trouver le «port-a-potty» à la noirceur,  un poncho de pluie, du chasse-moustique et une bouteille d’eau.

8. Définissez vos options

Si j’essayais de nommer tous les festivals d’étés au Canada, la liste serait longue.

Même pour les festivals qui dominent le marché, il faudrait presque nommer toutes les grandes villes canadiennes en passant par le Saskatchewan JazzFest et le Regina FolkFest, sans oublier de mentionner les nombreux festivals qui se produisent sur les côtes des Maritimes, dans le beau Québec, dans les plaines, dans les rocheuses, et même au fond de la forêt boréale. Les options sont là! Visitez http://www.canada.worldweb.com/Events/Festivals/ pour en savoir plus!

Chaque festival de musique varie d’une recette à l’autre. Si on a les bons ingrédients, on obtient un gâteau bien gonflé. Par contre, trop de conformité peut faire fuir les festivaliers et trop de pluie inonder leurs tentes. Voyons donc, dites-moi pas que ça ne vous est jamais arrivé! Si vous avez de la misère à vous décider pour un festival, écrivez les pour et les contre et faites votre recherche sur les artistes, les activités et les lieux.

7. Encouragez la musique locale et les festivals de votre région

Si vous voulez vraiment encourager votre coup de cœur du festival, il suffit d’acheter son album. C’est la meilleure façon puisqu’une grande partie des ventes d’album in situ vont directement  à l’artiste.

La meilleure façon de soutenir un festival local est de payer le billet d’entrée et d’avoir du plaisir! N’oubliez pas d’explorer les kiosques artisanaux. On peut toujours y trouver quelque chose de nouveau ou qui a été fabriqué localement. C’est important!

6. Retrouvez vos racines culturelles

La musique qui nous distingue ici dans la prairie canadienne a été, depuis le début du temps des métis, le mélange du folk, des légendes en chanson et du country. Mais moi,  c’est vraiment la musique traditionnelle de violons, de cuillères et de claquette qui me ramène à mes racines. Et vous, où retrouvez-vous vos racines? Si c’est dans un Pow-wow, un Festival de danse ukrainienne ou un Festival de blé d’Inde, n’hésitez pas à replonger dans vos traditions gastronomiques et soyez présent en chanson, en parole et en esprit.

5. Les festivals culturels

Choisissez-en un près de vous! On retrouve des Festivals culturels folkloriques dans chaque ville! À ne pas confondre avec les Folkfest musicaux, on les appelle principalement des «Folkfest» puisqu’ils célèbrent le vieux folklore et la diversité culturelle. On y visite des pavillons avec juste assez de temps pour manger de la nourriture ethnique, pour entendre quelques morceaux de musique ou encore voir de la danse traditionnelle avant d’être happé par le flot continu de personnes se dirigeant vers le pavillon suivant. Ces festivals attirent une foule de gens et les va-et-vient y sont très fréquents et rapides. Parmi ce type de festival, on retrouve les festivals Fringe d’été.

4. Les festivals de musique

Aimez-vous les journées ensoleillées, assis(e) sur une chaise pliante dans un parc à écouter de la musique, tous styles confondus. Les folkfest, les francofêtes, les jazzfest, les bluesfest, les rockfest, les festivals de musique électro et excentrique, etc. On a l’embarras du choix dans cette catégorie. Il suffit juste de connaître ses préférences.

3. Autres festivals

Pour varier les plaisirs en matière de festivals d’été, quoi de mieux que d’explorer ceux consacrés aux  films, au théâtre,  aux installations, etc. En d’autres mots, n’hésitez pas à fréquenter de plus petits festivals qui célèbrent eux aussi l’art dans tous  ses états.

2. Voyagez cet été

Pourquoi ne pas sortiriez-vous pas, pour une fois, de votre zone de confort même si ce n’est que pour une courte période? Si vous êtes comme moi, visitez  l’Europe! Le marché des festivals européens est gigantesque. Pour ma part, je serai en Angleterre au mois de mai avec Young Benjamins. On joue… des festivals!

1. Recommencez l’année prochaine!

En suivant cette dernière étape, vous vous assurerez de pouvoir varier les plaisirs chaque année. Vous allez également réussir à relever le défi de taille de votre été; combattre la fatigue! Et sachez surtout que l’on ne devient pas gourou en seulement quelques mois.

 

http://fete.societehisto.com/en-bref_n301_n1096.html

http://www.canada.worldweb.com/Events/Festivals/

http://francopresse.ca/index.cfm?id=65942&voir=article

 

Véronique Poulin est une artiste fransaskoise âgée de 25 ans, elle se distingue en tant qu'auteure-compositrice-interprète, multiinstrumentaliste. Bref, elle est une musicienne accomplie et polyvalente, mais elle est aussi écrivaine, enseignante et formatrice pour les jeunes artistes de sa province. En concert Vaero présente des émotions brutes sur des harmonies aux sons folk/pop qui rôlent l’alternatif. Elle côtoie son public avec humour par l’entremise de paroles tantôt nostalgiques et sinistres, tantôt satiriques et légères. En spectacle, Vaero ne cache rien et se manifeste avec aisance. Sa sincérité déconcertante séduit. Cette jeune artiste indépendante des prairies, offre à son public une rencontre authentique et unique. Depuis quelques temps, elle cultive son savoir des arts selon les enjeux qu'elle constate aux contacts des artistes et des travailleurs culturels vu son engagement dans le secteur des arts et de la culture. Bilingue, il est important pour elle de s’enraciner dans sa culture fransaskoise tout en développant une carrière en anglais active et bien ficelée. Elle reconnait que les attentes des industries musicales en français et en anglais sont différentes et spécifiques et elle profite de cette dualité pour mener deux carrières palpitantes de front. Dans ses billets de blogue elle parlera de plateformes différentes qui la mènent à s'exprimer chez les différents groupes de gens qu'elle côtoie. Vous pouvez la repérer par l'entremise de son pseudonyme de scène, Vaero Poulin ou en tant que membre du groupe anglophone, Young Benjamins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>