Articles de Véronique Poulin

guitar-case-485112_1280

Le travail par amour des voyages versus le voyage par amour du travail

Le

Et si les voyages suggèrent-ils une carrière saine?

Billet de Véronique Poulin

Photo : Un violon en voyage | Crédit photo : Pixabay

Bienvenue à bord!

Assise dans le siège 12D, je regarde les ailes de l’avion par ma fenêtre. Je m’agite quand la jolie hôtesse de l’air m’informe que mon violon doit être placé plus loin dans les cabines en arrière « pour faire plus de place » entre parenthèses. « Oh, non non, ça ne me dérange pas de quitter de vue la raison même pour laquelle je fais ce voyage : un pti 3000 piastres qui m’aide à gagner d’autres pains… bougez-le et gardez vos sacoches proches ». Je dois saisir cette occasion de laisser aller ma première inquiétude du voyage – et je souris aux deux vieilles dames dans les sièges derrière moi. Ce n’est pas de leur faute, si j’ai choisi un violon au lieu de l’harmonium. Je prends une grande respiration et je relâche en jetant mon regard vers la ligne à l’horizon séparant le bleu du blanc. J’ai aussi l’impression que les nuages essaient de me dire que je dois ne m’inquiéter de rien. J’ai mes câbles, mes pédales, mon convertisseur de pouvoir, mon journal, ma tablette et mes quatre compagnons de voyage exceptionnels. Pourquoi m’inquiéterais-je? Mais puisque c’est mon premier voyage au-dessus de l’Atlantique et que je n’aurai pas d’arrêt en France pour me changer les idées, j’ai peur que ma mother tongue reste non-utilisable jusqu’à mon vol de retour lorsque l’hôtesse de l’air annoncera « Welcome Aboard!… Bienvenue à bord! ». (suite)

vPOULIN_blogue3

Le top 10 des folies estivales – Comment devenir gourou de festivals d’été?

Le

Billet de Véronique Poulin

Photo : The Bahamas – Crédit photo : Véronique Poulin

L’été arrive à grands pas! Enfin, espérons-le… Parce qu’avec l’été, arrive toute une panoplie de divertissements culturels que j’apprécie énormément. De plus, on y retrouve toutes sortes d’options de festivals de musique d’été! Un festival de musique est souvent la façon la plus agréable de découvrir des artistes et de faire de nouvelles expériences. Voilà déjà quelques mois que je me penche sur les avantages et les bienfaits qu’apportent les festivals. Sachez que mon expérience en la matière oscille entre celle d’une spectatrice, d’une participante ou même d’une organisatrice. Aussi, j’aimerais vous parler dans ce billet de trois types de festivals et puisque j’ai moins d’expérience que certains de ses  vétérans, je souhaiterais les saluer ici! J’invite donc tous ceux qui veulent en apprendre un peu plus sur l’importance des festivals et leurs bienfaits à lire jusqu’au bout de ce que j’ai humblement à vous dire. Veuillez trouver ci-dessous dix étapes importantes à suivre pour profiter pleinement de ce que les différentes cultures ont à offrir. (suite)

photo_finale

La musique contemporaine dans nos écoles : une nouvelle culture

Le

billet rédigé par : Véronique Poulin

crédits photos :

photo de couverture : Olivier Chesler, flickr

deuxième photo : Matt Gibson, flickr

Apprendre le français à l’école, c’est comme apprendre un instrument. Il y a la technique, l’accent, le vocabulaire, l’expression, l’intonation, et la culture qui sont propres à chaque langue, ou dans ce contexte, à chaque instrument.

Aussi, en s’appuyant sur les différentes recherches qui ont pu démontrer l’utilité de la musique dans la salle de classe, il apparait tout à fait pertinent d’intégrer un programme de musique comme nouvel outil d’enseignement dans les écoles secondaires. Sachant que les adolescents sont de nos jours très influencés par leur environnement et par la technologie, notre système éducatif est incontestablement à même de comprendre et d’anticiper les attentes de la relève artistique afin de lui offrir la meilleure formation possible.

(suite)

photo Ryan Ritchie, flickr

Moi, mes souliers et mes soucis du DIY.

Le

Billet rédigé par : Véronique Poulin

Photo : Ryan Ritchie, www.flickr.com

titre de la photo : Caffeinating, calculating, computerating

J’aime les bibliothèques. J’aime l’odeur des vieux livres d’histoire et la douceur des fauteuils cachés dans des racoins qui dévoilent encore plus de livres… Quand je suis entourée par 5 étages de livres, j’ai l’impression d’être à l’abri de ce qui se passe dehors, un peu comme quand j’étais petite et qu’une grosse couverture de laine au-dessus de moi tenue par un morceau de bois me protégeait du monde de l’autre côté. Vous savez, les cinq frères, le nettoyage, les pluies d’automne, le monde imaginaire de l’enfance, parfois ça fait peur. Je gardais mes livres préférés dans ce château de laine, avec mon walkman, mes Barbies, ma flute à bec, et bien sûr, ma lampe de poche.

(suite)